The Owl Pages

\

owllogo

The Daily Owl
Italian Journal of Psychology and Internet
Psicologia Online

WebPsych Partnership Member

ARCHIVIO

nelle pagine dell'archivio si ritrova la storia di
Italian Journal of Psychology and Internet - Psicologia Online
ma anche la storia della psicologia italiana e mondiale in rete
dal 1996 al 2000
(i link alle pagine web o alle immagini possono risultare datati e dunque errati)


Watch live streaming video from artemente at livestream.com

martedì 8 maggio 2007

Les Psycho(analystes) et la Politique

Quant'à la 'politique', je ne sais plus qu'est ce que c'est que la 'politique'... droite, gauche, extrème droite, gauche 'radicale' ?

Les 'psychos' selon moi doivent se tenir dans une ouverture mentale que leur permet de comprendre soit les raisons /passions des gens de droite, soit celles des gens de gauche (et entre les dernières, des gens qui encore croyent en des idéologies totalitaires, ou arrivent presqu'à justifier le terrorisme d'Al Qaeda - en Italie Gino Strada et Emergency sont un bon exemple - et tous les autres qui composent la 'gauche' européenne)

Parce qu'il y a des 'verités' (concernantes la 'nature humaine' et ce que les êtres humains vont vivre à notre époque) d'un coté comme de l'autre, les autres.

Ce n'est pas facile, il semble 'impossible'.

Autre chose ce sont ceux qui pensent la 'politique' comme une aggrégation de gens pour faire des bons affaires, un business, une mafia, et qui utilisent mots de gauche, de droite, de centre, de démocratie...

Voir aussi PSYCHANALYSE ET POLITIQUE
par Frans Tassigny

Dans ce monde dérégulé et forts de notre vécu, nous sommes ainsi convaincus que la réponse politique de la gauche devra être internationaliste et européenne, réformiste dans la méthode et radicale dans les ambitions.

Un nouveau champ du possible est donc à inventer.

1 commento:

Centro Mimir ha detto...

comment considérer les professeur de l'éducation nationale "au chaud" - certes à se débattre avec des élèves dévorés par la modernité - comment voir les psychiatres "au chaud à l'abris dans leur cabinet grâce à la sécurité sociale" ? bref cela tombe à chaque fin de mois.. il fût un temps j' ai proposé aux représentants de E.N de changer la configuration des tables pour une formation adultes: "oh scandale.." pas question.
Cohn-Bendit parti dans sa fugue habituelle sur France-Inter avant hier a eu droit à la remarque suivante d'un auditeur : "quel est votre légitimité de parler en France ? " "Aucune " a-t-il répondu.. eh oui -aucune .
la personnalité n'est pas en question en tant que telle - ce qui est en question s'est d'user d'une place comme par hasard bourgeoise, j'y reviens, pour imposer pour universellement légitime une théorie qui soutien une certaine logique du monde.. comment elle dit , votre Antigone ? quelle place à ces femmes un peu antigonaises ? parmi lesquelles l'on trouve dès à présent des hommes .
je ne crois pas au vertu cathartique de l'écriture.. et encore moins au transfert présumé par Georgin si ce n'est que ce genre de transfert se produit tout le temps de partout.. quelle relation transférentielle entre le médecin et ses patients ? je dis bien ses (au pluriel) patients ?
avez-vous vu le film "la vie des autres " ? - à voir !
enfin qu'est-ce qui empêche un lecteur assidu et intéressé ou même interpellé par quelques paroles écrites de se tourner vers l'auteur pour peut-être en faire quelque chose en commun sur le terrain? qu'est-ce qu'empêche un médecin du travail de se tourner vers un psy pour cerner voire prévenir le dilemme dans lequel son travail le plonge parfois - suite à quelques lectures intéressantes ? l'enfermement - on peut être enfermé sur le terrain.. très enfermé.
quel psy "moderne" va oser prendre le travail de Mme. Illouz pour organiser quelque chose afin de confronter ses réflexions à la pratique si docilement engagée ? vous ? - vous laissez la courir en parallèle - pas de rencontre.. n'est-ce pas ?
M. Georgin a une vision très unilatérale des rapports.. ou relations transférentielles.
les propos de Michaux sont fort éloquentes.
en voici ceux de Régis Debray - en parallèle sûrement pour ne troubler personne..

C.K