The Owl Pages

\

owllogo

The Daily Owl
Italian Journal of Psychology and Internet
Psicologia Online

WebPsych Partnership Member

ARCHIVIO

nelle pagine dell'archivio si ritrova la storia di
Italian Journal of Psychology and Internet - Psicologia Online
ma anche la storia della psicologia italiana e mondiale in rete
dal 1996 al 2000
(i link alle pagine web o alle immagini possono risultare datati e dunque errati)


Watch live streaming video from artemente at livestream.com

lunedì 7 maggio 2007

Familles, je vous haime

Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices

Les pervers narcissiques n'éprouvent aucun respect pour les autres, qu'ils considèrent comme des objets utiles à leurs besoins de pouvoir, d'autorité, ou servant leurs intérêts. Il font des promesses qu’il ne tiendront pas, sachant que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Pris en flagrant délit de mensonge, ils sont capables de nier avec un aplomb hors du commun...
Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ils savent parfaitement et farouchement défendre leurs intérêts dont ils ont toujours une vision très claire. Ils essaient de profiter à chaque instant de toutes les opportunités, de toutes les personnes rencontrées, et ces personnes sont systématiquement instrumentalisées pour en tirer, autant que possible, avantage pour eux. Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Ils n'admettent aucune remise en cause et aucun reproche.

Lire la suite "Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices" »


A la folie, suite…

La psychiatrie reste décidément d’actualité : après l’émoi suscité par l’abominable passage à l’acte de Cho à Virginia Tech et le questionnement récurrent sur ce qui fait que des fous potentiellement dangereux puissent se promener librement et de surcroît acheter des armes, deux nouveaux films nous interpellent sur la nature de la maladie mentale et l’organisation du système de soins.
Par un hasard du calendrier cinématographique, ils mettent en scène le même acteur, Gilbert Melki, victime impeccable dans les deux productions. Si Anna M., de Michel Spinoza, nous fait dériver avec une remarquable justesse dans le labyrinthe du délire érotomaniaque, Très bien, merci, d’Emmanuelle Cuau, nous plonge dans un engrenage kafkaïen où toutes les institutions, police, entreprise, métro et psychiatrie fomentent une sombre machination, un harcèlement moral délibéré et sournois, destinés à nous priver de notre plus élémentaire liberté.
Internement arbitraire contre «externement» tout aussi arbitraire, où en est donc la psychiatrie aujourd’hui ?


Lire la suite "A la folie, suite…" »

http://familles.blogs.liberation.fr/hefez/

Nessun commento: